Musicien.ne

Métier

Pourquoi ce métier là ?

« Mon métier c’est de créer des pièces instrumentales, d’écrire de la musique pour les instruments électroniques, ou en tout cas ceux appartenant à la nouvelle lutherie électronique. Je compose à partir de ces instruments, des pièces soit purement instrumentales, soit en lien avec l’image, des musiques pour des spectacle de théâtre, de danse…

J’adore lorsque la journée commence par une improvisation musicale que j’enregistre et sur laquelle je prends des notes. De là, je vais reprendre des parties d’impro et composer avec. Le soir j’essaie de tout reprendre depuis le début et je fais comme un mini concert. Ça c’est une journée idéale. »

Annabelle PlayeCompagnie AnA

« Mon métier consiste premièrement à faire de la musique mais je suis très diversifié, je fais beaucoup d’actions culturelles, d’ateliers, de concerts de tout genre. Je veux surtout faire vivre la musique. 

Ma journée type n’est pas toujours que de la musique. C’est beaucoup d’administratif et de démarches pour pouvoir donner des concerts, contacter des programmateur.trices, organiser des ateliers… Il y a de nombreuses tâches administratives, mais il y a toujours une circonstance dans la journée qui va nous faire revenir à la création quoi qu’il arrive. »

Emmanuel TriganoCutter

« Mon métier consiste à créer de la musique dans un premier temps et dans un deuxième temps à la diffuser par tous les moyens disponibles, c’est-à-dire le digital, le disque et bien sûr les concerts live. On joue dans plein de types de lieux avec des organisateur.trices différents. Ça va du café-concert à la salle de quartier, au centre culturel, au festival, aux petits festivals. On travaille vraiment avec une chaîne très large de partenaires. » 

Timothée DemouryBocage

« On n’est jamais que musicien.ne, c’est souvent plein de choses. On ne peut pas juste se lever et jouer de la guitare ou du piano toute la journée. Être musicien.ne c’est faire du booking (chercher des dates de concert), faire de la communication, savoir utiliser des logiciels, savoir bien jouer de son instrument et aussi avoir des bases en tant que technicien.ne et ingénieur.e son. Il y a plein de métiers différents sous ce nom de musicien.ne. »

Olly JenkinsOlly Jenkins

« Il y a plusieurs axes :  jouer d’un instrument le mieux possible pour arriver à réjouir les gens ; mettre tout ça au service des différents projets dans lesquels je suis amené à jouer ; et pour certains projets il faut prendre le téléphone et aller chercher des dates pour tout le reste de l’année, ça fait aussi partie du métier. Dans ma semaine, j’ai certaines journées consacrées à la musique, avec des répétitions en équipe le matin et tout seul l’après-midi. Ce sont mes journées musicales. Et il y a aussi des journées bureau : aller chercher des financements, monter un dossier pour un disque par exemple, passer des coups de fil pour se faire programmer sur des événements, mettre à jour un site internet, monter un Bandcamp pour la sortie du disque, etc. J’essaie toujours de me caler plus ou moins une journée là-dessus. Et enfin, il y a quand on part en concert, c’est rendez-vous en début de journée, on part, on joue. Voilà, il y a un peu trois modes d’action. »

Emmanuel Bourgeois5 Oreilles

Intervenant.e.s

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Fiches métiers

Musicien.ne / Musique et chant / Code ROME : L1202

Fiches formations

Musicien.ne / Musique et chant / Code ROME : L1202